Cité Mixta : des lycéennes droguent un Mauritanien et volent son Iphone et son argent

0

Bélal Diallo n’oubliera pas de sitôt son dernier séjour au Sénégal. Ce mécanicien mauritanien a l’habitude de passer quelques jours à Dakar et chaque fois, il loge à la cité Mixta où un certain Mor Mbengue lui loue un appartement meublé.

Lors de son dernier voyage, il y a quelques jours, Mor Mbengue n’ayant pas d’appartement disponible, le met en rapport avec un de ses amis contre une commission de 5000 francs CFA. Malheureusement pour le Mauritanien, il sera dépouillé dans son nouveau lieu de séjour de son IPhone 12 Pro Max et de 600 000 francs CFA.Bélal Diallo informe automatiquement Mor Mbengue en indexant une fille nommée Fatima Fall, qui est introuvable.

Le mécanicien affirme qu’il a été drogué par cette dernière et volé avec la complicité des lycéens Fatoumata Aw, Mame Diarra Diop, Mame Diarra Seck et Aliou Seck. Les trois premières élèves seraient en même temps des prostituées.Le Mauritanien croit savoir que ce vol a été orchestré par Mor Mbengue.

Les Échos rapportent que ce dernier ainsi que les quatre lycéens ont été jugés hier, mercredi, devant le tribunal des flagrants délits. Le premier était poursuivi pour proxénétisme tandis que les lycéennes répondaient des délits de défaut de carnet et vol en réunion. Aliou Seck, pour sa part, était à la barre pour vol.

Devant le juge, Mor Mbengue a tenté de nier les faits. Affirmant avoir juste mis en rapport le plaignant avec quelqu’un qui loue des appartements meublés. Une version balayée d’un revers de main par Mame Diarra Diop. Cette prévenue a déclaré que Mbengue leur a soufflé que Bélal Diallo détenait de l’argent avant de leur demander de le dépouiller.

Mame Diarra Diop ajoute que c’est Aliou Seck qui a procédé au partage du butin. Précisant qu’avec sa part, 150 000 francs CFA, elle s’est offert un IPhone à 120 000.

Le tribunal a relaxé Fatoumata Aw et Mame Diarra Seck. Il a condamné Mor Mbengue, Aliou Seck et Mame Diarra Diop à deux ans de prison dont un mois ferme. En plus, le trio devra payer solidairement au plaignant la somme de 1,5 million de francs CFA pour les dommages et intérêts.

Fatima Fall, elle, est en cavale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Évaluation*